20 avril 2008

Fort -de- France

Par Hervé Brival AP - il y a 9 minutes

FORT-DE-FRANCE - Les obsèques d'Aimé Césaire ont commencé dimanche dans le stade Pierre-Aliker de Fort-de-France, où ont pris place des milliers de Martiniquais, ainsi que le président Nicolas Sarkozy, plusieurs ministres et diverses personnalités politiques venus assister à cet hommage national.

(Publicité)

La cérémonie dans le stade a commencé peu après 14h30 heure locale (20h30 heure de Paris) et duré un peu plus d'une heure, avec un mot d'adieu de son grand ami Pierre Aliker, l'hommage du président et la lecture de plusieurs textes du poète.

Le cercueil a ensuite été porté par six hommes en uniforme sous les applaudissements de la foule et déposé dans le corbillard, qui devait se diriger vers le cimetière la Joyau, dans la capitale martiniquaise. De longues minutes après le départ du cercueil, l'ovation du stade, debout, se poursuivait.

Très applaudi dans l'enceinte du stade qui porte son nom, le compagnon de lutte du poète et homme politique martiniquais, Pierre Aliker, âgé de 101 ans, avait auparavant pris la parole pour un mot d'adieu au chantre de la négritude, décédé jeudi à l'âge de 94 ans.

"La Martinique a perdu le meilleur de ses fils", a déclaré le Dr Aliker, qui fut pendant plus de 50 ans le premier adjoint d'Aimé Césaire à la mairie de Fort-de-France.

Visiblement ému, le Dr Aliker a délaissé le discours écrit et finalement opté pour l'improvisation. Revenant sur leur parcours politique commun, il a notamment rappelé les objectifs du Parti progressiste martiniquais, fondé par Aimé Césaire.

"Notre objectif est d'obtenir un pouvoir local fort", a-t-il souligné. "Les spécialistes des questions martiniquaises, ce sont les Martiniquais (...) Avec une fidélité à toute épreuve, vous pourrez compter sur nous", a-t-il lancé en conclusion à la foule.

Nicolas Sarkozy, également applaudi à son entrée dans le stade, a ensuite rendu l'hommage de la nation en faisant face pendant quelques instants au cercueil, disposé au centre du stade silencieux.

Cette partie solennelle de la cérémonie a été suivie par la lecture de textes du poète et d'interprétations musicales.

Malgré la pluie tenace, des centaines de Martiniquais avaient pris place dans les gradins dès dimanche matin. On ressentait dans les travées une véritable communion entre les générations, rassemblées dans une ambiance de grande ferveur et de solennité.

Le public était composé d'une majorité de femmes accompagnées de leurs enfants, venues de toutes les communes de l'île grâce à un dispositif de navettes gratuites. Si le blanc et le noir dominaient dans les gradins, de nombreuses personnes étaient vêtues de tenues traditionnelles.

Parmi les personnalités politiques, étaient présents plusieurs ministres (Christine Albanel, Michèle Alliot-Marie, Rama Yade, Yves Jégo, Alain Joyandet), le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, l'ancien ministre de l'Outre-mer François Baroin, ainsi que les socialistes François Hollande, Ségolène Royal, Laurent Fabius, Pierre Mauroy et Lionel Jospin, et le président du MoDem François Bayrou.

A l'issue de l'hommage au stade Pierre-Aliker où le cercueil d'Aimé Césaire est exposé depuis vendredi soir, le cortège funèbre a pris la direction du cimetière la Joyau. Seules seront autorisées à proximité de la tombe, la famille et les hautes personnalités lors de l'inhumation. AP

Posté par isabelle23 à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Fort -de- France

Nouveau commentaire